Grossesse et diabète

Le diabète gestationnel est un type de diabète diagnostiqué pendant la grossesse et qui disparaît habituellement après l'accouchement.

Qu'est-ce que le diabète gestationnel ?

Le diabète gestationnel concerne les femmes enceintes. C'est un diabète non connu avant la grossesse survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse. Dans la quasi-totalité des cas, il disparaît après l'accouchement, même si, pour maîtriser le diabète, des injections d'insuline pendant la grossesse ont été nécessaires.

Quels sont les facteurs de risque de faire un diabète gestationnel ?

Il existe de nombreuses circonstances qui permettent de soupçonner la survenue d'un diabète pendant la grossesse : Facteurs liés à la grossesse actuelle

  • Excès de poids et/ou prise de poids rapide notamment au cours du 6ème mois
  • Foetus de poids excessif après la 24ème semaine de grossesse
  • Excès de liquide amniotique
  • Foetus de faible poids avant la 24ème semaine de grossesse
  • Infections récidivantes, en particulier urinaires
  • Tension artérielle supérieure à 135/85 mmHg
  • Menace de fausse couche ou d'accouchement prématuré   Facteurs individuels non liés à la grossesse
  • Âge de plus de 35 ans
  • Poids supérieur de 20 % par rapport au poids idéal.
  • Poids de naissance de la mère supérieur à 4 kg ou inférieur à 2,5 kg  
  • Facteurs liés aux grossesses antérieures
  • Diabète gestationnel lors d'une grossesse antérieure
  • Prise de poids excessive lors des grossesses antérieures
  • Enfant de poids supérieur à 4 kg à la naissance   Antécédents familiaux
  • Personnes diabétiques dans la famille de la future mère
  • Obésité dans la famille de la future mère

Comment dépister un diabète gestationnel ?

A quel moment se fait-on dépister ?

Chez une femme présentant un facteur de risque de faire un diabète gestationnel, la glycémie doit être mesurée dès la première consultation. Si elle est normale, elle sera répétée à la 24ème semaine puis à la 30ème semaine de grossesse. Chez les femmes ne présentant pas de risque, le dosage de la glycémie doit être réalisé entre la 24ème et la 30ème semaine de grossesse sauf chez les femmes de moins de 25 ans, n'ayant pas de facteurs de risque et n'ayant pas eu de prise de poids anormalement importante pendant leur grossesse, chez qui le dépistage n'est donc pas recommandé.

En quoi consiste le test ?

L'hyperglycémie par voie orale (HGPO) est le test de référence du diagnostic de diabète gestationnel : il s'agit de mesurer la glycémie par une prise de sang après ingestion de glucose. Cette analyse est réalisée au laboratoire d'analyse médicale. Si le test est positif, des mesures thérapeutiques et de suivi du diabète doivent être mises en place. **

Quelles sont les conséquences du diabète gestationnel ?

Les risques pour le bébé sont principalement :

D'autres complications rares sont observées dans des situations particulières, telles que:

  • jaunisse (ictère néonatal),
  • atteinte cardiaque,
  • globules rouges trop nombreux dans le sang (polyglobulie),
  • calcium trop bas dans le sang (hypocalcémie),
  • malformations congénitales mineures,
  • engagement du pronostic vital du foetus.  
  • Des complications lors de l'accouchement. Une prise de poids excessive de la future mère peut conduire à un accouchement compliqué. Le poids trop important du bébé peut aussi entraîner, lors de la délivrance, une fracture de la clavicule, une paralysie des nerfs des membres supérieurs ou une souffrance foetale.
  • Une hypoglycémie à la naissance et lors des jours suivant la naissance. Cela peut provoquer des absences, voire des pertes de connaissance et des convulsions.
  • Une détresse respiratoire. En cas d’accouchement très prématuré, et si le diabète a débuté tôt au cours de la grossesse, il y a un risque de détresse respiratoire pour le bébé. En effet, quand la glycémie maternelle est élevée, le développement des poumons du foetus est un peu plus tardif.

Les risques pour la mère sont principalement :

  • Hypertension artérielle chez des femmes préalablement normotendues.
  • Un accouchement plus difficile, lié au poids excessif du bébé, surtout s'il s'agit du premier accouchement.
  • Un risque de césarienne.
  • Une augmentation du risque infectieux à l'accouchement, si les glycémies ne sont pas maîtrisées (surtout en cas de césarienne ou d'épisiotomie).
  • La réapparition d'un diabète gestationnel au cours des prochaines grossesses.
  • La réapparition d'un diabète après l'accouchement, lors de la reprise de la contraception orale.
  • Le risque de développement de diabète (non-insulinodépendant à long terme)
  • La réapparition d'un diabète de type 2 après la ménopause. En effet, une fois sur deux, les femmes qui ont fait un diabète gestationnel pendant leur grossesse présentent un diabète de type 2 à la ménopause. Une prise de poids après la ménopause augmente le risque d'apparition d'un diabète.

Aujourd'hui, le diabète gestationnel est pris en charge et l'ensemble des mesures de suivi mises en place limitent les complications.

Quel suivi médical pendant le diabète gestationnel ?

  • Votre médecin vous prescrira un régime alimentaire personnalisé et des autocontrôles glycémiques, à faire régulièrement (avant et après le début de chaque repas).

  • Si votre glycémie n'est pas équilibrée malgré le régime, votre médecin pourra alors vous prescrire des injections d'insuline.

  • Le suivi médical est indispensable : consultez votre médecin traitant tous les 15 jours, avec les résultats de l'examen de contrôle de la glycémie en laboratoire (prise de sang à jeun).   Vous jouez un rôle majeur dans la prise en charge de votre diabète. Votre participation active est essentielle :

  • Pour équilibrer au mieux vos repas

  • Pour pratiquer une activité physique régulière

  • Pour réaliser régulièrement des contrôles de votre glycémie ou des injections d'insuline.

Votre médecin et l'équipe médicale qui vous suivent sont à votre disposition pour vous guider et vous apprendre à réaliser au mieux cette prise en charge.